Au fil de mes lectures, de mes discussions, j'ai pu établir une liste regroupant les différents gestes ou astuces écolos qui pourront servir aux novices comme aux plus aguerries !
Cette liste est évolutive, je rajouterai des idées dès que j'en trouverai et j'attends les vôtres avec impatience !
Car n'oublions pas que l'écologie est l'affaire de tous... ;)

I. A la maison

A. Dans les pièces à vivre
(chambre, salon, salle à manger, ...)

Ne pas se chauffer la nuit. En plus, on a le teint plus frais au réveil. Le jour, c'est 20° max.

Changer d'ampoules. Si chaque foyer installe au moins 3 lampes avec des ampoules basse consommation (d'une durée de vie de 10 ans et consommant jusqu'à 5 fois moins) dans les pièces principales, on fermera, selon la Fondation Nicolas Hulot, quatre centrales nucléaires.

B. Dans la cuisine

Manger deux fois moins de viande. 1kg de boeuf, c'est 20 000 litres d'eau et l'équivalent en énergie de plus d'un litre de pétrole. Ruez-vous sur les fruits et légumes !


Mettre un couvercle sur la casserole pour faire chauffer son contenu et consommer ainsi nettement moins d'énergie

Une seule batterie de
Tupperware plutôt que d'innombrables rouleaux de papier alu.

Remplacer les sachets par du thé en vrac. Plutôt café? Adotez les filtres en Inox qui sont permanents!

Se faire des yahourts avec une yaourtière: 1 litre de lait = 8 yahourts dans des pots en verre réutilisables.

C. Dans la salle de bain / WC

Se laver au savon
: moins emballé que le gel douche, il est généralement exempt de dérivés du pétrole. Tant qu'à faire, choisissez-en un bio ou équitable ;)

Mettre une brique dans le bac de la chasse d'eau ou une bouteille pleine: cela réduit la quantité d'eau nécessaire à l'évacuation. Sur les 150 litres d'eau potable qu'on consomme chaque jour, 30 partent dans les toilettes.


Snober le bain
. Une douche de 4 à 5 minutes consomme de 30 à 80 litres d'eau: un bain, jusqu'à 200 litres !

Fermer le robinet quand on se brosse les dents. Economie: 24 litres d'eau potable par jour.

D. Les appareils électroménagers, meubles...

Suivre le topten établi par WWF
et par la CLCV indiquant les produits électroménagers les plus écolos du marché.


Se meubler durable en s'assurant avec le label Forest Stewardship Council que vos parquets, meubles, etc..., proviennent de forêts gérées durablement.

Faire revivre vos objets en panne grâce aux filières de recyclage comme le réseau
Envie qui répare et revend les appareils électroménagers.

Eteindre vos appareils, ne les laissez pas en veille. Un magnétoscope utilise 90% de sa consommation électrique quand il ne marche pas.

Prendre la classe A. Un lave-linge de classe A consomme jusqu'à 3 fois moins d'électricité qu'un appareil de classe C.


Remplacer vos piles par des piles rechargeables 

Puis remplacer les objets à piles par leur équivalent manuel

Baisser de 10° la température de lavage en machine

Utiliser le sèche-linge que pour les grosses pièces (housses de couette) ou les vêtements épais (jeans, velours) qui mettent du temps à sécher.
Stopper l'utilisation dès les beaux-jours.

Mettre des balles dans le lave-linge
! En caoutchouc, elles décollent la saleté, assouplissent les fibres et font économiser plus de 20% de lessive.

Brancher sur une multiprise avec interrupteur l'ordinateur, la télévision, la chaîne hifi, etc... et les éteindre d'un seul geste avant de se coucher: maintenus en veille, tous ces appareils peuvent consommer autant qu'un réfrigérateur
( PS: le mieux étant encore de les éteindre dès qu'on ne s'en sert plus!)



E. Dans le jardin

Jardiner naturel en abandonnant l'usage des produits phytosanitaires (insecticides, herbicides, fongicides) qui polluent l'eau, le sol et sont dangereux pour la santé. Les jardins de Paris proposent des cours de jardinage bio (
www.jardins.paris.fr).
A lire: "Jardiner bio, c'est facile" (éd. Terre Vivante)

Profiter de la pluie: elle est sans chlore, ni calcaire et à température ambiante: récupérez-la pour arroser vos plantes!

F. Divers

Dire non aux bombes aérosols
et parfums d'ambiance ! Préférer de l'encens aux plantes.

Réduire les doses pour ne pas surcharger nos cours d'eau en agents chimiques: divisez les quantités de lessive, détergent, produit vaisselle, etc... par 2 !

Dire oui à un seul produit pour éviter l'accumulation de produits "spécialisés".

Ecrire sur du papier recyclé.

Pour être au top de la déco: lire la bible des des designers écolos (Thames & Hudson) ou pour tout savoir sur la conso 100% bio: "Achetons Responsable !" d'Elizabeth Laville et Marie Balmain (éd. Seuil), "Planète Attitude Santé" (éd. Seuil) ou "Les Paresseuses s'engagent !" de Pauline Restoux (éd. Marabout)

Trier ses déchets.

Coller un "stop-pub" sur votre boîte aux lettres.


II. A l'extérieur

A. Courses / shopping

Guetter le label bio AB, garanti sans engrais chimiques, ni pesticides ni herbicides de synthèse.

Acheter local et de saison
. Une fraise cultivée sous terre en février et importée par avion consomme jusqu'à 24 fois plus de pétrole, et donc de C02, qu'une fraise du coin, achetée en juin.
En Mars, par exemple, on se lâche sur les betteraves, carottes, choux de Bruxelles, endives, poireaux, kiwis, oranges, pamplemousses et pommes !

Eliminer les intermédiaires en achetant ses fruits, légumes, etc..., aux fermiers producteurs come les AMAP.


Acheter moins de plats préparés

Acheter en plus grande quantité (un paquet de 1kg de pâtes plutôt que 2 paquets de 500g), limiter les produits individuels ou les emballages multiples pour réduire les contenants (comme les gâteaux réemballés en sachets pockets)

Remplacer les produits blanchis (sucre, féculents, pains) par leurs équivalents complets

Acheter une belle carafe (filtrante ou non) et boire l'eau du robinet: sa qualité est très contrôlée et l'odeur de chlore qui y est parfois présente s'évapore rapidement au contact de l'air

Acheter des vêtements bio & écolos et/ou issus du commerce équitable.

Acheter un berceau en carton recyclable:
www.kidsgallery.fr

Craquer pour les peluches en coton bio et laine naturelle vendues sur www.bbenv.com

B. Se déplacer

A l'occasion d'un déplacement, comparer le prix, la durée du trajet et les émissions de C02 en fonction du mode de transport, à savoir train, avion ou voiture personnelle: c'est le nouveau service proposé par l'EcoComparateur sur www.voyages-sncf.com avec la possiblité de réserver dans la foulée son billet.

Se déplacer à vélo ! Pour tout savoir sur les pistes, la sécurité, les antivols :
www.fubicy.org

Prendre les escaliers, c'est bon pour la forme aussi !

Proposer le co-voiturage aux copains pour une soirée ou un trajet régulier


C. Loisirs, cadeaux, dons...

Aller au cirque oui, mais sans animaux ! Eléphants, lions et chimpanzés sont à leur place dans la nature, pas en détention !

Faire des cadeaux immatériels: un massage en institut, une place de spectacle, un resto...

Aider au financement du programme de reforestation en Indonésie. Chaque arbre planté (0,50€) absorbera plus de 2 tonnes de C02 au cours de son développement.
>
www.planeteurgence.org

Compenser son émission de C02 en finançant un projet de réduction d'émissions de gaz à effet de serre. Par exemple: économie de bois de chauffage au Cambodge, maîtrise de l'énergie au Maroc ou énergie solaire en Afghanistan...
Il suffit de se rendre sur
www.co2solidaire.org ou www.climat-mundi.fr, de calculer son émission de C02 et de reverser en ligne la somme correspondante pour la bonne cause.


Des idées venues d'ailleurs


Créer des "carbon coach", un nouveau métier anglais ! La tendance a été lancée par Dave Hampton qui donne des conseils aux particuliers et aux entreprises pour réduire leurs émissions de gaz carbonique
>
www.carboncoach.com

Organiser des apéros entre voisins pour trouver de nouvelles solutions écolos pour l'immeuble, comme le fait la société anglaise Carbonsense ou pour informer sur les dangers du monoxyde de carbone.

Récupérer son huile de friture pour la mettre dans son moteur. Le premier à avoir osé ce carburant est Jeffrey Miottel, un Américain. Seul inconvénient: ce n'est pas encore légal en France.

Arroser son jardin au goutte à goutte pour économiser 70% de sa consommation d'eau. Cette technique est déjà répandue en Israël, aux Etats-Unis et en Australie.

Restaurer un moulin à eau. Les Hollandais et les Indiens y ont pensé. Au Cameroun, le village de Bangang se fournit gratuitement et entièrement en électricité grâce à cette énergie non polluante et renouvelable indéfiniment !

Offrir une éolienne. En Belgique, des familles se cotisent et offrent une éolienne en cadeau de mariage à des jeunes couples, histoire de leur économiser les factures d'électricité.

Construire une maison de campagne en paille: comme David Ward, originaire de l'Oregon et lauréat du prix de la meilleure invention de l'année, décerné par "Time Magazine". Infos sur www.lamaisonenpaille.com

Remettre la consigne au goût du jour. C'est ce que fait l'Allemagne pour les emballages de boisson en plastique, aluminium et verre. Chaque bouteille retournée rapporte de 0,25€ à 0,50€ selon le volume du produit.

Fonder un collectif qui encourage à consommer des produits bio et de proximité. Histoire de court-circuiter l'industrie alimentaire quand elle ne respecte pas les règles de l'écologie. Les groupes Fight Supermarket Power existent dans toutes les villes de Grande-Bretagne et mettent en place des forums, des débats, pour essayer de trouver des solutions.

Faire payer la facture de la collecte des cartons, plastique et verre, aux fabricants d'emballages. Les Autrichiens rapportent leurs poubelles aux points verts et les industriels se chargent de les débarasser. " Selon les dernières évaluations, 687 000 tonnes de déchets ont été ramassées " signale Leopold Zahrer, chef de département de la gestion des déchets à Vienne.

Bigbelly, la poubelle solaire est apparue sur les trottoirs de Boston, aux Etats-Unis. Ses atouts? Elle compacte les ordures et, une fois pleine, le fait savoir par un signal radio directement transmis au service de ramassage (évitant ainsi les allers et venues inutiles des camions). Son principal défaut? Son prix: 4000 dollars!

Faire ses courses en fonction de l'impact du produit sur le changement climatique. Une utopie? Pas du tout! Tesco, grande chaîne britannique de supermarchés, envisage la chose très sérieusement. Bientôt, sur les étiquettes des produits, la quantité de C02 émis pour la fabrication et l'acheminement jusqu'au rayon sera notée à côté du prix et des calories. La plus grande difficulté reste de mettre au point un mode de calcul...

source: Elle, Femme en Ville, Cherry Plum, ...